Innovation et création dans le Glossarium gallico-latinum (BN. lat.7684)

Moyen Français 39-40-41 (1998), 403-430.

Brian Merrilees et Jean Shaw

University of Toronto

1.1 L'exploitation du Glossarium gallico-latinum

Dans son édition du célèbre Glossarium infimae et mediae latinitatis de Du Cange, Dom Carpentier range sous l'article 'Auxiliabilitas' deux termes français aidableté et aidablement, l'adverbe étant répété dans l'article suivant 'Auxiliamen' pour gloser 'auxiliabiliter'.(1) Carpentier nous signale que le substantif et l'adverbe avaient été notés dans un lexique intitulé Vocabularius compendiosus, l'adverbe seul dans un Glossarium gallico-latinum qui se trouvait dans le manuscrit, Codex regis 7684. Par la juxtaposition des deux exemples que nous citons Carpentier a inconsciemment ou instinctivement indiqué la proximité de ces deux dictionnaires dont la différence de taille les aurait certainement distingués.(2) Le premier de ces ouvrages est un lexique assez volumineux imprimé à Rouen vers 1490 par Guillaume Le Talleur, le Vocabularius familiaris et compendiosus, désormais le VFC.(3) L'autre, le manuscrit lat. 7684, dont le titre Glossarium gallico-latinum est pris d'une annotation sur la feuille de garde dans une main du 18e siècle, fait toujours partie de la collection de la Bibliothèque Nationale à Paris. Nous allons l'appeler par ses initiales GGL. Si le substantif aidableté ne se trouve que dans le VFC, l'adverbe aidablement paraît aussi dans un autre dictionnaire du 15e siècle le très grand Dictionarius de Firmin Le Ver (le DLV), glosant 'auxiliabiliter' comme dans le GGL mais aussi 'auxiliariter' comme dans le VFC. Ce ne sont pas ces seuls exemples qui nous démontrent que ces trois dictionnaires, qui dérivent pour leur latin du Catholicon de Jean de Gênes, forment donc une famille. En fait, selon nos analyses comparatives, nous pouvons confirmer qu'ils partagent aussi un stock commun de vocabulaire français. Dans un premier volet nous voulons examiner le vocabulaire qui nous semble être néologique dans les trois lexiques, ensuite les termes communs au GGL et à chacun des deux autres; finalement nous allons présenter le vocabulaire néologique qui semble être unique au GGL. Si nous écartons ici la comparaison DLV/VFC c'est que leur stock lexical est encore plus vaste et dépasse de loin les limites créatrices du lexique français-latin.

Carpentier n'est pas le seul à avoir cité ou dépouillé le ms. BN. lat. 7684 pour en tirer des termes français et leur correspondants latins. La Curne de Ste Palaye suit Carpentier en répétant une sélection des mêmes formes. Frédéric Godefroy dans son Dictionnaire de l'ancienne langue française en donne le plus grand nombre de citations, et souvent les exemples qu'il extrait du GGL sont seuls, parfois les premiers de ses témoignages. C'est au Godefroy que von Wartburg dans le FEW a recours pour ses propres citations des termes du GGL sans toutefois nommer directement Godefroy dans la plupart des cas ni donner la cote du glossaire d'où ils viennent. Le FEW cite aussi le Du Cange de Carpentier. Le Tobler-Lommatzsch cite Du Cange et renvoie directement au Godefroy pour un certain nombre des termes du GGL, mais c'est seulement une sélection. Finalement nous avons noté dans le Dictionnaire général de la langue française de Hatzfeld et Darmsteter des mentions du manuscrit lat. 7684. Malgré cette exploitation par plusieurs lexicographes modernes, le GGL n'a pas été entièrement dépouillé pour ses richesses lexicologiques et certainement pas dans le contexte d'une famille de dictionnaires qui partagent entre eux beaucoup de néologismes et de termes rares mais qui montrent, chacun de son côté, un caractère individuel.

1.2 La forme du Glossarium gallico-latinum

Le GGL constitue une des premières tentatives d'établir un lexique avec des lemmes français plutôt que latins. Nous connaissons deux autres lexiques manuscrits où on donne aussi la priorité au français, Montpellier, Faculté de Médecine, H236, et Angers, Bibliothèque municipale 497-498(4). L'ordre de lemmes français du GGL n'est cependant alphabétique qu'à la première lettre, le compilateur ayant pris dans sa source tous les mots français en A tout d'abord dans le A latin, y ajoutant tous les mots du B latin, puis les mots en A du C latin et ainsi de suite:(5) Abbé - abbas .tis m
Abbasse - abatissa .sse f
Abbeye - abbacia .cie f
Ayole - abamitta .tte f

...... Aidable - auxiliabilis et hoc .le o
Aidablement - auxiliabiliter - adverbium
Aissel de charrete - axis, axis m
Arbelestre - balista .ste f
Arbelestier - balistarius .rii m
Abaissier - basso .ssas .ssatum a
Abaissé - bassatus .a .um o
Abreger - brevio .as acourcier a
Associer, acompaigner - associo .as(6) a
Acier - calibs, calibis m
Calibeus .a .um - d'acier o
Accuseur de faulx crime - calumniator .oris m
Auge - canalis .lis f
Canale .lis - idem n
Armé de heaume, de baccinet -cassidatus .a .um o


La structure du GGL est relativement simple, pareille en certains détails au lexique l'Aalma que Mario Roques a publié en 1938 dans sa série de Lexiques français. Cette simplicité relative n'est pas due nécessairement à une source simple mais, selon nos analyses, a pu se baser sur une source assez complexe dans sa propre structure.

2.1 La première base lexicale

Dans un premier dépouillement assez artisanal du texte du GGL nous avons établi une base d'à peu près 400 mots français qui semblaient caractéristiques de la création lexicale des 14e et 15 siècles, c'est à dire des néologismes potentiels. Une première vérification nous a mené à mettre de côté une centaine de ces termes sans toutefois les éliminer de nos fiches. A l'aide du logiciel Paradox nous avons raffiné la base, y rassemblant des renseignements sur les termes enregistrés par les autorités principales, c'est-à-dire Godefroy, Tobler-Lommatzsch, le FEW surtout, mais aussi la base textuelle compilée pour le Dictionnaire du Moyen français par l'INaLF à Nancy. Avec le logiciel Wordcruncher, nous compilons depuis plusieurs années notre propre base lexicographique où nous avons saisi les textes entiers du Dictionarius de Le Ver, du Vocabularius familiaris et compendiosus de Le Talleur, le GGL, ainsi que le Brito 2 trouvé dans Montpellier H236 édité par Anne Grondeux pour une thèse à l'Ecole Nationale des Chartes, et toutes les lettres sauf C, D, G-L du très long dictionnaire latin-français conservé dans les mss. Montpellier H110 et Stockholm N78. Il y manque pour l'instant le texte de l'Aalma dont nous parlerons tout à l'heure et que nous avons consulté dans l'édition de Roques et dans le ms. BN, lat. 13032. Cette base, qui mesure déjà 11Mo, permet de repérer tout terme latin ou français paraissant dans tous ces textes, ainsi que des co-occurrences, des chaînes de caractères etc.

C'est donc par le biais de la base en WordCruncher que nous avons commencé la rédaction des fiches pour notre base GGL sur Paradox, établissant les parallèles avec le DLV et le VFC. Dans cette base GGL nous avons classé à part les termes qui ne semblaient pas être néologiques d'après les autorités mais qu'on voulait retenir pour leur intérêt lexical. De ce dernier groupe nous avons marqué sur leur fiche ceux qui figuraient dans d'autres lexiques notamment dans le glossaire latin-français l'Aalma, car nous savions déjà que l'Aalma, dans une de ses versions, avait contribué au Dictionarius de Le Ver. Pour tous les termes nous avons inclu sur leur fiche les renvois, s'il y en avait, aux ouvrages de référence. N'ayant pas de date précise pour le GGL, mais sachant que le Dictionarius avait été commencé selon Le Ver autour de 1420 et complété en 1440, nous avons décidé de considérer comme potentiellement néologiques tous les termes qui n'étaient pas attestés avant 1400, car il nous semblait qu'une source commune aurait pu appartenir à cette période au début du 15e siècle.(7)

3.1 Le stock commun des trois lexiques

Déjà dans d'autres publications et communications nous avons démontré l'étroite relation entre le DLV et le VFC. Entre le DLV et le GGL les liens étaient moins clairs et ce n'est que récemment que nous avons pu, grâce à notre collaboration avec Jacques Monfrin, rejeter nos premières conclusions qui tenaient le texte plus court, le français-latin, comme un dérivé du texte complexe de Le Ver. En fait, il nous semble maintenant d'après des analyses générales des structures et du vocabulaire des trois lexiques qu'il faut postuler une même source pour une partie de leur matériau. L'examen particulier des néologismes et des termes rares montre quelques aspects de cette source et nous l'avons commencé par une analyse à trois.

3.1.1. Le GGL, le DLV et le VFC

Notre dépouillement nous a laissé 217 mots qui semblaient avoir droit à être considérés comme des néologismes. Signalons que dans ce contexte nous notons tous les termes dont la première attestation, sil y en a, est enregistrée après 1400 bien qu'une telle date puisse être un peu tôt pour notre source hypothétique. De notre groupe de termes 83, ou 38.2%, se trouvent dans les trois lexiques, le GGL , le DLV, et le VFC: acouremens accursus
adverbiaument adverbialiter
aidablement auxiliabiliter (auxiliariter,auxilianter)(8)
anichilement (?) inanicio
atrempaument temperariter
augmenteresse auctrix
bossueté(9) gibbositas
cloement clausio
commereté commaternitas
comptement computacio
concougourde(10) cucumer
consolativement consolative
contraignaument coactim (coercibiliter)(coercenter)
convainquement confutacio
creuseté concavitas
cuillement collecio
decouraument defluenter
degoutement distillacio
descordeement discorditer
desdaignaument dedignanter
desiderablement desiderabiliter
despourveance improvidencia (improviditas)
desrivement alluvies
destendement distencio
dignaument(11) dignanter
dormicion(12) dormicio
encaveure incast<r>atura
ennuyeuseté tediositas
enseignableté(13) (?) docibilitas
entreblecié interlisus
entreblecier interlido
eslongement(14) elongacio
espointal territorium (territabulum)
fauchement falcacio
faucherie falcacio
frillouseté frigorositas
glueuseté glutinositas
gracieuseté(15) graciositas
grassement(16) pinguiter
grellement exiliter, graciliter
grelleté exilitas, gracilitas
hayneuseté odiositas
imployableté implexibilitas
improprieté improprietas
impunicion impunicio
inconstaument inconstanter (leviter)
infructueuseté infecunditas, infructuositas
insolublement insolubiliter
insolubleté insolubilitas
instableté(17) instabilitas (inconstantia)
langoureusement languide
mariablement nubiliter
melodieuseté melodiositas
messonnement messio
numerosité numerositas
obstinaument obstinenter
odorabilité odorabilitas
odorablement odorabiliter
ortiement urticacio
paiennement paganice
partissant(18) parciens
petrissement pistio
pourouseté(19) paviditas (meticulositas)
presumptueusement presumptuose, audaciter
renommeement famose
reversement resupinacio (supinatio)
rougement rubicunde
seement(20) discubitus
seichement siccacio (arefactio)
servissableté(21) obsequiositas (servitiositas)
soufrableté passibilitas (impassibilitas(22))
soyement, syement sectio, serracio
tardaument morose (moranter etc.)
tardement(23) tardacio (mora, moratio, etc.)
torchement tersio (detersio, versatio)
transicion transicio
transitoirement perfunctorie (defunctorie)
tuement mactacio, perempcio
usitement usitacio
veufvement(24) orbe
viellement(25) vetuste
vindicatif(26) vindicativus


3.1.2 Le GGL et le DLV

Nous avons ensuite extrait les termes qui étaient communs dans ce groupe de néologismes au GGL et au DLV, mais qui manquaient au VFC. Sur les 217 termes, on a trouvé 21 (9.7%) partagés par la paire GGL/DLV: besgueté balbucies
cincenaudier zinzalarium
colloque(27) colloquium
consideraument consideranter
despareilleté(28)(?) disparitas
dormie dormicio
enlaceement nexim
lachement(29) laxacio
neutral neutralis
perpetracion(30) perpetracio (facinorositas)
provignement (?) pastinacio
redemourance remansio (residuitas)
rehumer resorbeo
repliquemens replicacio
soigneuseté solicitudo invigilantia
umbreusement umbrose
utilement(31) utiliter (proficue)
vagacion(32) peragracio (vagatio)
vidameté vicedominiuim
vrayeté veracitas ( veritas)
vuidement vacue






3.1.3 Le GGL et le VFC

En comparant le vocabulaire néologique de la paire GGL/VFC nous avons trouvé 20 termes communs aux deux lexiques sur les 217de notre base (9.2%). Hâtons de dire que la quasi-égalité du dépouillement des deux paires n'est pas trop significative, car il ne faut pas oublier qu'il s'agit ici d'une comparaison très limitée et non pas une comparaison globale: admonnestif hortatorius
cognoissablement cognoscilibiter(33)
courbement(34) curvacio
courbeure(35) curvatura
cuisible cottilis
desavenance dedecencia, indecentia
desrouylleur(36) eruginator
devorablement edaciter
enflameement incentive
enviaument invidenter
frapure(37) percussura
imposement(38) imputacio
indefaissablement(39) indelebiliter
indefassable(40) indelebilis
indormable(41) insoporabilis
innumerablement(42) innumerabiliter
inseparabilité(43) insegregabilitas
laborieuseté operositas
tastonnement contrectacio, palpacio
violaresse violatrix


3.1.4 Les néologismes uniques au GGL

Finalement, il est important de signaler que le GGL fournit une bonne fournée de ses propres néologismes, 93 sur les 217 que nous avons identifiés, c'est-à-dire 42.8% du total: em>aclinouer acclinatorium
em>admonnesteresse commonitrix
ameresse(44) amatrix
apaisibleté(45) placabilitas
appropiacion apropriacio
buffeté (?) alapatus
chacieuseté lippitudo
chevaucheresse equitissa
cincenaude muscio, zinzala
cincenelle zinzala
comperaument compaterniter
cornemusaresse mima
cornemuseuse tubicina
debonnairi mitigatus
debonnairir mitigo
deplaisaument displicenter
desavance(46) carencia
descordaument discordanter
desenvenimer deveneno
dommagablement perniciose
doubtantement dubitanter
empeschément impediter
enchasseure incast<r>atura
enclinouer inclinatorium
enfenteté (?) infantilitas
engorgeter ingurgito
enjoignement imposicio
enlacément (?) connexe
enrouément rauce
esjouissance gaudencia
espeer spatarius
espelement sillabicacio
espientement insidiose
estraigneur oppressor
estroignement stridor
fermement clausio
flechissaument flexibliter
flectir(47) plecto
fletrisseure marcessibilitas,marcidita
fluctuant fluctuans
fornicaresse fornicatrix
fourbissement (?) rubiginacio
fourmeture (sans) informis
frapeur percussor
frillousement frigorose
gleteron lapa
gluantement glutinose
hasteté festinacio
inconsolable inconsolabilis
indefaisableté indelebilitas
lescherrement lecaciter
luxurieur(48) (?) flagiciosus
mensongeement mendaciter
meurtrisseure(49) livor
minucion flebotomia
mordableté mordacitas
oisir ocior
oisivement ociose
paisseteau passerculus
parressouseté pigritacio
pompement pompose
presteté promptitudo
rageusement rabide
recion antecenium
recracher respuo
redemandeur repetitor
reinteriner paciscor
relevable recidivus
repeteur repetitor
reproucheusement opprobiose
reserie rasio
restraignant restringens
risie (plain de) ridiculosus
routeur ructator
rustin(50) rusticus
saillement saltacio
sainturier zonarius
sarmenter sarmento
secourement succussio
sedicieur seductor
seulesse solitudo
solicité solicitudo
subsonnamment opinanter
surapparessance preminencia
tempestuosité tempestuositas
tenebreuseté obscuritas
tenvrir tenuo
tourneure coagulum
traitousement proditorie, sediciose
tutement tutacio
vicairerie vicaria
visteté (?) velocitas, vivacitas
viveté vivacitas


3.2 Les registres

Selon nos analyses, seule 38 des néologismes du GGL (pris dans les listes données en 3.1 - 3.4) ne se trouvent pas enregistrés par Godefroy, Tobler-Lommatzsch ou le FEW:

admonnesteresse, anichilement, besgueté, commereté, consideraument, contraignaument, convainquement, debonnairir, despourveance, doubtantement, empeschément, enflameement, enjoignement, ennuyeuseté, entreblecié, entreblecier, espointal, estraigneur, fletrisseure, fourmeture, grellement, insolubleté, numerosité, obstinaument, oisir, ortiement, parressouseté, pompement, pourouseté, repliquemens, servissableté, solicité, subsonnamment, surapparessance, tardaument, tempestuosité, usitement, vidameté.



4. Quelques caractéristiques de ce vocabulaire

4.1 Les adverbes

Tout d'abord notre liste inclut plusieurs adverbes qui sont peut-être moins significatifs pour une étude de néologismes à moins que l'adjectif correspondant n'ait été attesté. Toutefois nous ne cherchons pas à accorder à ces adverbes la même importance qu'à d'autres parties du discours.

Il y a dans notre liste de 27 adverbes en -(e)ment:

aidablement auxiliabiliter
cognoissablement cognoscilibiter
consolativement consolative
desiderablement desiderabiliter
devorablement edaciter
dommagablement perniciose
espientement insidiose
fraternelment fraternaliter
frillousement frigorose
grellement exiliter, graciliter
innumerablement innumerabiliter
insolublement insolubiliter
langoureusement languide
lescherrement lecaciter
mariablement nubiliter
oisivement ociose
paiennement paganice
pompement pompose
presumptueusement presumptuose
rageusement rabide
rougement rubicunde
transitoirement perfunctorie
umbreusement umbrose
utilement utiliter
veufvement orbe
viellement vetuste
vuidement vacue



7 adverbes en -eement/ -ément:
descordeement discorditer
enflameement incentive
enlacément connexe
empeschément impediter
enrouément rauce
mensongeement mendaciter
renommeement famose


et 15 en -aument/ -amment:

adverbiaument adverbialiter
atrempaument temperariter
comperaument compaterniter
consideraument consideranter
decouraument defluenter
deplaisaument displicenter
descordaument discordanter
descordeement discorditer
desdaignaument dedignanter
dignaument dignanter
enviaument invidenter
flechissaument flexibliter
inconstaument inconstanter
obstinaument obstinenter
subsonnamment opinanter


auxquels on peut ajouter:

doubtantement dubitanter

4.2. Les substantifs

Dans notre liste il y a 31substantifs formés en -eté (y inclus -ableté, -ibleté, -euseté): apaisibleté placabilitas
besgueté balbucies
bossueté gibbositas
chacieuseté lippitudo
commereté commaternitas
creuseté concavitas
ennuyeuseté tediositas
frillouseté frigorositas
glueuseté glutinositas
gracieuseté graciositas
grelleté exilitas, gracilitas
hasteté festinacio
hayneuseté odiositas
imployableté implexibilitas
improprieté improprietas
indefaisableté indelebilitas
infructueuseté, -ouseté infecunditas, infructuositas
insolubleté insolubilitas
laborieuseté operositas
melodieuseté melodiositas
mordableté mordacitas
parressouseté pigritacio
pourouseté paviditas
presteté promptitudo
servissableté obsequiositas
soigneuseté solicitudo
soufrableté passibilitas
tenebreuseté obscuritas
vidameté vicedominium
viveté vivacitas
vrayeté veracitas


auxquels nous ajoutons:

inseparabilité insegregabilitas
odorabilité odorabilitas




Il y a aussi 28 substantifs formés en -ment dont tous les équivalents latins sauf un sont en -io dont la majorité en -acio:

cloement clausio
comptement computacio
convainquement confutacio
courbement curvacio
cuillement collecio
degoutement distillacio
enjoignement imposicio
eslongement elongacio
espelement sillabicacio
estroignement stridor
fauchement falcacio
fermement clausio
imposement imputacio
lachement laxacio
messonnement messio
ortiement urticacio
petrissement pistio
reversement resupinacio
saillement saltacio
secourement succussio
seichement siccacio
soyement, syement sectio, serracio
tastonnement contrectacio, palpacio
torchement tersio
tuement mactacio, perempcio
tutement tutacio
usitement usitacio




Nous notons quelques nouveaux féminins en -eresse/-aresse:(51)



admonnesteresse commonitrix
augmenteresse auctrix (DLV, VFC)
chevaucheresse equitissa
cornemusaresse mima
fornicaresse fornicatrix
violaresse violatrix (VFC)


à côté desquels il faut mettre:

cornemuseuse(52) tubicina


Parmi d'autres terminaisons nominales notons:

-ance:

desavance carencia
desavenance dedecencia, indecentia
despourveance improvidencia
esjouissance gaudencia
redemourance remansio
surapparessance preminencia


-erie:

faucherie falcacio
reserie rasio


-eur:

desrouylleur eruginator
estraigneur oppressor
frapeur percussor
redemandeur repetitor
repeteur repetitor
routeur ructator
sedicieur seductor


auxquels on peut ajouter:

espeer spatarius

-ie

dormie dormicio
risie (plain de) ridiculosus
vicairerie vicaria



-ion:

appropiacion apropriacio
dormicion dormicio
minucion flebotomia
perpetracion perpetracio
recion antecenium
vagacion peragracio


-ouer:

aclinouer acclinatorium
enclinouer inclinatorium


-ure:

courbeure curvatura
encaveure incast<r>atura
enchasseure incast<r>atura
fletrisseure marcessibilitas,marcidita
frapure percussura
meurtrisseure livor
tourneure coagulum


Il n'y a pas de néologismes en -age.

4.3 Les verbes

debonnairir mitigo
atasser glomero
desenvenimer deveneno
engorgeter ingurgito
entreblecier interlido
flectir plecto
oisir ocior
recracher respuo
rehumer resorbeo
reinteriner paciscor
sarmenter sarmento
tenvrir tenuo




4.4. Les adjectifs et participes

admonnestif hortatorius
buffeté alapatus
cuisible cottilis
debonnairi mitigatus
entreblecié interlisus
fluctuant fluctuans
inconsolable inconsolabilis
indefassable indelebilis
indefaisable indelebilis
indormable insoporabilis
luxurieur flagiciosus
neutral neutralis
partissant parciens
relevable recidivus
restraignant restringens
rustin rusticus


5. Le transmission de vocabulaire dans les textes lexicographiques

Si les trois dictionnaires que nous avons comparés ici démontrent des liens lexicaux qui témoignent d'une parenté évidente, leur réseau de transmission est encore plus complexe. Sans répéter toute la descendance depuis le Catholicon, nous nous bornerons ici à indiquer deux autres lexiques latins-français qui semblent avoir contribué au vocabulaire de la famille GGL/DLV/VFC. Il s'agit tout d'abord de l'Aalma qui est préservé dans 15 versions mais dont une seule a été publiée, celle de BN lat. 13032. L'autre est le très riche lexique contenu dans Montpellier, Faculté de Médecine 110 qui, selon l'avis de collègues consultés à la Bibliothèque Nationale à Paris, date du dernier quart du 14e siècle, peut-être même de la décennie 1370-1380. Ce lexique et une autre version datant du milieu du 15e siècle, qui se trouve dans Stockholm, Bibliothèque royale, N78, ont été presque entièrement transcrits par Pierre Nobel, William Edwards et Brian Merrilees dans le but d'en produire une édition critique. Pour l'instant nos analyses restent moin poussées que pour l'Aalma.

5.1. Le GGL et l'Aalma

Comme nous l'avons déjà dit, au début de notre travail nous avions établi une première base d'environ 400 mots qui nous semblaient être des créations relativement récentes. De ces 400 mots nous avons dû mettre de côté 188 qui avaient selon les principaux ouvrages de référence des occurrences avant 1400. De cette liste de 188 termes mis de côté, nous avons noté que 62 faisaient aussi partie de l'Aalma, un partage substantiel ne fait que confirmer la place centrale de l'Aalma dans la tradition lexicographique française au moyen âge:

aguiseur acutor
apostater apostato
beuvaresse potatrix
brularesse ustrix
chancellement titubacio
comperage compaternitas
couraument cursim
degoutement fluentum, instillacio
desancrer exancoro
desideratif desiderativus
desnoirsir denigro
desrouyller erubigino
desvoutouere devolutorium
enfuseler infuso
enlaxable nexibilis
enrudir rudeo
ensuivableté posteritas
enture insertura
espargeour sparsorium
filment netus, filamen
flechissableté flexibilitas
fourniere clibanaria
friture frixatura
glisable lubricus
importunement importune
instablement instabiliter
meilleurté melioritas
modulacion? neuma
muablement mutabiliter
observance observantia
obstiner obstino
oigneur unctor
pepie pituita
petrissaresse pistrix
plaisaument beneplacenter
ployement plexus
poetrerie poesis, poetria
ramenable redux
ramenement reductio
respandement refusio
resplendissement nitide
responsoire responsorium
salement salsamentum
sedulité opera
sepmenier septimanarius
soudement stipendium
spireur, espireur spirator
surapparoir premineo
temoignable testabilis
tiedeté tepiditas
tituler titulo
tixable textilis
tixaresse textrix
touchable tangibilis
tournable versatilis, volubilis
tournableté volubilitas
transporteur translator
tromparesse tubicina
veillement pervigilium, vigilancia
vengeresse ultrix
venineuseté venenositas
vitupereur vituperosus


5.2 Le GGL et Montpellier H110

Notre analyse du Montpellier H110 n'est que partielle pour l'instant et donc nous hésitons à en tirer des conclusions trop fermes. Toutefois, nous trouvons quelques termes communs au GGL et au lexique manuscrit de Montpellier qui laissent suggérer des liens à explorer entre les deux textes:

buveresse potatrix potrix
desliable dissolubilis extricabilis
mordaument mordaciter
orcheal auricalcum
pourrissable putribilis
precieuseté preciositas
prestement prompte, ilico
provableté probabilitas
quereur quesitor
rondeté rotunditas
semblableté identitas
superfluité superfluitas(53)


5.3 Le vocabulaire lexicographique

Toute analyse de vocabulaire lexicographique soulève des questions sur le statut des vocables représentés. A moins de les trouver dans d'autres textes, peut-on affirmer qu'ils appartiennent à la langue plus large, apte à être utilisée pour d'autres fins?(54) En tout cas, on peut noter que dans le Godefroy plusieurs termes pris dans le GGL sont les seuls exemples de leur occurrence, comme:

aclinouer (1,59b), apaisibleté (1,314c), mariablement (5,174b), mordableté (5,403a), redemourance (6,702b), relevable (6,762a), renommeement (7,38b), repeteur (7,57a), reproucheusement (7,72b), reserie (7,95b), tastonnement (10,745c), veufvement (8,221c), violaresse (8,253c), visteté (8,267c), vrayeté (8,309c).

Evidemment, le lexicographe semble se sentir obligé de fournir à la plupart de ses lemmes latins des équivalents français, même si on ne les utilise pas ailleurs. Leur forme est reconnaissable, leur sens évident et on ne voit aucune raison pour ne pas les créer. Si certains termes ne survivront pas, d'autres auront une vie plus durable et certains exemples jouissent même d'une continuité moderne:

colloque, gracieuseté, improprieté, inconsolable, oisivement, rageusement, recracher, transicion, transitoirement, vindicatif

Il est fort possible que d'autres ont été aussi responsables de ces termes car la création multiple ne peut pas être exclue. Il est important toutefois de reconnaître que dans les lexiques bilingues de la fin du moyen âge nous avons une ressource hors pair pour l'étude du vocabulaire du moyen français. La place du Glossarium gallico-latinum est surtout assurée par la priorité qu'il donne à la langue française; il est également important comme témoin d'une créativité lexicale.

1. Nous citons l'édition de 1883:

AUXILIABILITAS, Aidableté. Auxiliariter, auxilianter, optiulanter, Aidablement. Vocab. compend.

AUXILIAMEN, Aide, Auxiliabiliter, Aidablement, in Glossar. Gall. Lat. ex Cod. reg. 7684.

2. Stats.

3. Brian Merrilees et William Edwards,

4. Erice?

5. Erice citation

6. 0 Ne suit pas l'ordre du latin.

7. Signalons en passant que le FEW ne donne pas toujours les mêmes datations pour les mots empruntés au GGL, citant parfois "14. jh.", parfois "15. jh." sans citer un texte.

8. Les termes latins entre parenthèses se trouvent dans le DLV et/ou le VFC comme lemmes qui sont définis par le terme français.

9. DLV: bochuetés, VFC: bochueté

10. MS: 9cougourde

11. DLV: deignamment, VFC: daignamment

12. DMF: Jean Juvenal des Ursins, Loquar in tribulacione (1440):

"Et est ceste dormicion une dormicion de coulpe ou de negligence;"

13. FEW 4,714a donne "13jh" sans citer de texte. Gdf. 3,230b ne donne que cet exemple.

14. DMF: Jean Juvenal des Ursins, Loquar in tribulacione (1440):

"et ne devez pas cuider souffire de lire en vostre retrait et faire oroisons, ne que par vostre eslongement des frontieres vous puissiez fructifier.."

15. DMF: Christine de Pizan, Epistre de la prison de vie humaine (1416) et 9 autres.

16. DMF: Olivier de Lahaye, Poeme sur la grande peste de 1348 (1426); 'crassement' est attesté depuis le 13 siècle.

17. Nous distinguons 'instableté' de la forme 'instabilité' qui est attesté au 13e siècle: FEW 12, 222a et le Anglo-Norman Dictionary, p.363a, Edmund de Pontigny, Mirour de seinte Eglise (A), 8, 36.

18. DMF: La Somme abregiet de theologie (1481).

19. DLV: paureuseté VFC: paoureté

20. Le TL 9,329 enregistre ce terme du Horn 2959 avec le sens de 'siege'.

21. VFC: serviableté

22. DLV: non soufrabletés

23. DMF: Christine de Pizan, Le Livre de la mutacion de fortune t.2 (1400).

24. DLV: vesvement

25. VFC: villement

26. DMF: Christine de Pizan, Le Livre du chemin de long estude (1402).

27. DLV aussi, VFC: parlement

28. Selon Gdf. 2,621b le terme se trouve dans une traduction de Valère-Maxime faite par Symon de Hesdin, imprimée en 1485. Nous n'avons pas pu vérifier si le terme se trouve dans la traduction manuscrite complétée par Nicolas de Gonesse en 1400-1401.

29. DLV: lasquemens.

30. DLV/VFC: perpetremens

31. Gdf. 10, 825c et TL 11, 70 enregistrent 'utlement', FEW 14, 89b 'utielment'.

32. A distinguer de 'vacation', ca. 1390 selon le DHLF.

33. La famille 'cognoscibilis' manque au DLV.

34. DLV: courvemens

35. DLV: courvure

36. DLV: fourbisseur

37. DLV: bature

38. DLV: trenchemens ou imputemens

39. VFC: indeffachablement DLV: sans defaissier

40. Aussi: indefaisable VFC: indeffacable DLV: que on ne peut deffaissier ne destruire

41. DLV seul a la forme positive 'dormables' (sopibilis) et 'non dormables' pour la négative (insopibilis, insoporabilis).

42. DMF: André de la Vigne, Le voyage de Naples (1495).

43. DLV: 'inseparabletés' pour gloser 'individualitas. individuitas, indivisibilitas, inseparabilitas'; VFC a aussi 'inseparableté' pour les deux derniers.

44. DMF: Christine de Pizan, Le Livre du chemin de long estude (1402):

"tres amee et singuliere

Ameresse de sapience".

45. DLV: rapaisabletés; DLV/VFC ont 'apaisableté' pour gloser 'mulcibilitas' et 'pacabilitas'.

46. DMF: Christine de Pizan, Le Livre des trois vertus (1405).

47. TL 3,1926 et FEW 3,618a: fletir - "seit 1180". La forme en 'ct' est peut-être une création partiellement "savante".

48. 'luxurieux' est attesté dans Gdf. 10,101b.

49. DMF: 'meurtrissoueres', André de la Vigne, Le voyage de Naples (1495).

50. = nom propre DMF: André de la Vigne, Le Mystere de saint Martin (1496).

51. Il convient de signaler qu'un bon nombre d'autres féminins, même s'ils ne sont pas des néologismes, se trouvent dans le GGL, dont certains ont dû être aussi dans la source commune. Le GGL a aussi des formes latines en -trix qui manquent au deux autres lexiques.:

beuvaresse potatrix (DLV/VFC)
brularesse ustrix
deffendaresse protectrix
decevaresse seductrix
enchantaresse incantatrix (DLV/VFC)
flateresse adulatrix (DLV/VFC)
menerresse ductrix (VFC)
ministresse ministra (DLV/VFC)
paiaresse solutrix
petrissaresse pistrix (DLV/VFC)
saillaresse saltatrix
tixaresse textrix
tromparesse tubicina (DLV/VFC)
vengeresse ultrix

52. DLV/VFC: jougleresse

53. [ Gdf. VII, 595ab (Mist. du Viel Testament - "Oeuvre collective constituée vers 1450 et imprimée par Pierre Le Dreu vers 1500 à Paris" - Dict. des Lettres Françaises : Le Moyen Age, p.1050b. - mais aussi voir T.Hunt Anglo-Norman Medicine.]?

54. Renvoi à Strasbourg.