FRE 335H5
Teaching and Learning French with New Technology

Section LEC0101

2009-2010

Notes de la semaine 11

La littérature d'expression française en ligneDynamique vs. statique, papier vs. écran

La littérature d'expression française en ligne

Il y a plusieurs types de sites consacrés à la littérature en ligne. 1. Nous allons regarder quelques exemples de chaque type. 2. En deuxième lieu, nous verrons un ou deux exemples des types d'exploitations que l'on peut faire à partir d'un texte ou corpus littéraire.

1. Typologie de sites littéraires

1.1. Moteur de recherche et mots-clés

Nous commencerons par l'approche globale qui consiste à faire une requête par mots-clés dans un moteur de recherche. Nous choisirons comme moteur de recherche Google francophone Canada. http://www.google.ca/intl/fr/

• On recherche une oeuvre particulière, comme Les Fables de Jean de La Fontaine. => Requête et premiers résultats.

• On recherche un texte particulier, comme Le corbeau et le renard de La Fontaine. => Requête et premiers résultats.

1.2. Sites portails

Les sites portails essaient en général de couvrir toutes les ressources en ligne pour un domaine donné, comme la littérature française, ou la littérature québécoise, ou la littérature d'expression française du XXe siècle, etc. Comme le Web est dynamique, entretenir ce type de site est un travail ingrat : les sites répertoriés peuvent disparaître ou changer d'adresse, pendant que de nouveaux sites apparaissent (= couverture partielle, hyperliens morts).

• Le Portail: Littérature de Wikipédia se donne les meilleures chances de rester d'actualité, puisque cette ressource, comme Wikipédia en général, est tenue à jour par un grand nombre de contributeurs. http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Litt%C3%A9rature.

• Les signets de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Les signets sont soigneusement choisis selon des critères de qualité. Site de la BnF : http://www.bnf.fr/. Page d'accueil des signets de la BnF : http://signets.bnf.fr/.

• Tennessee Bob's Famous French Links (University of Tennessee-Martin). Un des premiers sites portails consacrés aux études françaises. http://www.utm.edu/departments/french/french.html.

• WebLettres ("association qui fédère les professeurs de français et de langues anciennes sur Internet"). http://www.weblettres.net/.

• Fabula ("association de chercheurs"). http://www.fabula.org/.

1.3. Sites textes

Les sites textes contiennent des textes intégraux que l'on peut décharger sur son disque dur. Les textes sont en divers formats, dont HTML, TXT et PDF. Mentionnons les principaux sites textes.

• Gallica (Bibliothèque nationale de France). Le site Gallica offre sous forme électronique des textes des collections de la BnF. Certains textes ont été saisis manuellement en format HTML, beaucoup ont été photographiés en format PDF image. Les premiers sont interrogeables, les seconds non. http://gallica.bnf.fr/?&lang=FR.

• Project Gutenberg. Ce grand projet, commencé aux États-Unis en 1971, a pour ambition de mettre en forme électronique autant de textes que possible de l'ensemble des littératures de différentes langues. Visant d'abord la littérature d'expression anglaise, il s'est ajouté ces dernières années d'autres littératures, dont la littérature d'expression française. La réalisation de cette ambition est rendue possible par les apports de centaines de bénévoles se trouvant partout dans le monde. Site officiel : http://www.promo.net/pg/. Page-index "Browse By Language: French" : http://www.gutenberg.org/browse/languages/fr. Article de Marie Lebert sur "Le Projet Gutenberg, de 1971 à 2005" : http://www.etudes-francaises.net/dossiers/gutenberg_fr.htm.

• La Bibliothèque électronique de Lisieux. Ce site met en ligne sous forme électronique des textes, notamment du XIXe siècle, faisant partie des fonds de la Médiathèque André Malraux (autrefois Bibliothèque municipale) de Lisieux, en Normandie. http://www.bmlisieux.com/.

• ATHENA (Université de Genève). C'est à la fois un site textes et un site portail. http://un2sg4.unige.ch/athena/html/francaut.html.

• ABU : l'Association des Bibliophiles Universels. Ce site, situé en France, se nourrit de textes saisis par des bénévoles se trouvant partout dans le monde. http://abu.cnam.fr/.

1.4. Auteurs particuliers

Prenons, par exemple, Jean de La Fontaine et Guy de Maupassant.

• Il y a plusieurs sites contenant l'ensemble des Fables de La Fontaine. Notre préféré est celui créé par les membres de la famille Vidaud. http://www.jdlf.com/.

• "Maupassant par les textes". Ce site, créé et entretenu par Thierry Selva, de l'Université de Louvain, en Belgique, contient les OEuvres complètes de Guy de Maupassant. http://maupassant.free.fr/.

1.5. Bases de données textuelles

• ARTFL : American and French Research on the Treasury of the French Language (University of Chicago). Ce site contient plusieurs bases, dont une base d'environ 2 000 textes de la littérature française des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, plus quelques oeuvres du Moyen-Âge et de la Renaissance. On peut accéder à l'ensemble des bases d'ARTFL en passant par les services de la Bibliothèque de l'Université de Toronto. Page d'accueil d'ARTFL : http://humanities.uchicago.edu/orgs/ARTFL/. Accès protégé par la Bibliothèque de UoT (tapez "artfl" dans la case "Catalogue") : http://main.library.utoronto.ca/.

• NEFbase. Ce site offre un accès libre à quelques bases fonctionnant sous TACTweb. http://www.etudes-francaises.net/nefbase/.

2. Exploitation des textes littéraires

C'est à l'usager de déterminer les types d'interrogation qui lui conviennent. (Nous opposons interrogation d'un texte électronique à lecture d'un texte papier.) Voici quelques types d'interrogations.

2.1. Occurrences précédentes

• La situation typique est la suivante : on lit sur papier le roman Candide de Voltaire et on rencontre au chapitre 27 le personnage de don Fernando d'Ibaraa ; on a le souvenir d'avoir déjà rencontré ce don Fernando mais on ne sait ni dans quel chapitre ni à quelle page (une page de gauche vers le haut?). Une interrogation du texte électronique (fonction "Find" d'un navigateur ou d'un traitement de texte ou fonction "Requête" d'une base de données) révèle tout de suite que c'était dans le chapitre 13 que don Fernando a apparu (pour disparaître par la suite jusqu'au chapitre 27). => Occurrences de Fernando dans Candide de Voltaire.

2.2. Le sens contextuel des mots

Prenons l'exemple du mot lettre chez le dramaturge Marivaux (XVIIIe s.) et lettres chez Maupassant.

• Chez Marivaux, la lettre écrite par X, reçue par Y et lue à haute voix par Y ou Z est une astuce dramatique permettant le dialogue sur scène de deux protagonistes (l'amant et son aimée, le parent d'un amant et l'aimée, par exemple), dont l'un est physiquement absent, et la discussion, typiquement avec la suivante de l'aimée ou le valet de l'amant, des sentiments ou de la situation (généralement difficile) de la personne aimante ou aimée. => Quelques-unes des 157 occurrences de lettre chez Marivaux.

• Dans les contes et nouvelles de Maupassant (cet auteur du XIXe s. est connu surtout pour ce genre littéraire, bien qu'il ait écrit aussi des romans, récits de voyage, poèmes, pièces de théâtre et chroniques), le mot lettres a, comme dans la langue générale, tantôt le sens de "communications écrites", tantôt "caractères de l'alphabet", tantôt "culture littéraire". Un affichage KWIC ("keyword in context") permet de voir rapidement quel sens possède telle ou telle occurrence ; pour certaines occurrences il faut examiner un contexte de plusieurs lignes pour être sûr du sens. => Quelques-unes des 120 occurrences de lettres dans les contes et nouvelles de Maupassant.

2.3. Distribution par champ

Pour approfondir l'appréciation de l'emploi de lettre chez Marivaux ou lettres chez Maupassant, on peut regarder la distribution du mot dans les différentes pièces de l'auteur ou dans la bouche de tel ou tel personnage ou par tranche chronologique de la publication d'un ensemble de contes ou encore dans les différents contes et nouvelles.

• Distribution par pièce. Les pièces de Marivaux où figure le mot lettre au moins dix fois sont Les Fausses confidences, La Joie imprévue, La Mère confidente, Le Petit-Maître corrigé, La Provinciale et Les Serments indiscrets. => Distribution du mot lettre par pièce chez Marivaux.

• Distribution par voix. Aspect original de la base Théâtres d'Ancien régime, les pièces ont été balisées (ou indexées) par voix, ce qui veut dire que l'on peut savoir quel personnage utilise tel ou tel mot dans ses dialogues. Chez Marivaux, ce sont des personnages comme Arlequin, la Comtesse ou Lisette qui prononcent le mot lettre le plus. Le mot se trouve pourtant avec sa plus haute fréquence dans les didascalies ("DID" ; en anglais "stage directions"). => Distribution du mot lettre par voix chez Marivaux.

• Distribution par date. Maupassant a publié la grande majorité de ses contes et nouvelles dans les années 1880 ; aussi n'est-il pas surprenant de constater que les occurrences du mot lettres se concentrent entre 1882 et 1885. => Distribution du mot lettres par date chez Maupassant.

• Distribution par titre. Parmi les contes et nouvelles de Maupassant il n'est pas surprenant de découvrir que le texte qui contient le plus d'occurrences du mot lettres s'intitule Nos lettres, suivi de L'Héritage et Suicides dont les titres suggèrent le rôle que peuvent y jouer les lettres. => Distribution du mot lettres par titre chez Maupassant.


Dynamique vs. statique, papier vs. écran

Quelques aspects non didactiques des nouvelles technologies.

Dynamique vs. statique

Pour ce qui du passé (ex. l'histoire de la Révolution française, les romans Candide de Voltaire ou Germinal de Zola) et des actualités du présent (publiées dans les journaux ou magazines), la diffusion en ligne et la diffusion sur papier ont la même valeur. En revanche, le portrait de la langue contemporaine ou du monde contemporain a plus de chances d'être à jour dans des dictionnaires ou encyclopédies en ligne que dans des dictionnaires/encyclopédies imprimés. (Cf. l'exemple de Wikipedia vs. Encyclopedia Britannica en bibliothèque (l'Encyclopedia Britannica en ligne est payante et toujours moins à jour que Wikipedia, puisque moins dynamique).)

Cf. "Undeniably, the traditional reference book, out of date the day it's published, has been superseded by the ever up-to-date Internet." (Lynda Hurst, "A tale of two countries' libraries", Toronto Star, 20. sept. 2009) ; voir aussi R. Wooldridge, "Temporalité des contenus du Web", Astrolabe, 2003.

Papier vs. écran

Le choix entre l'écran et le papier peut dépendre en partie du type d'usage qu'on fait du texte qu'ils portent. Lorsqu'on veut interroger le texte (ex. les occurrences de "Don Fernando d'Ibaraa" dans Candide) ou chercher des informations, on préféferera souvent se servir des ressources du Web. En revanche, lorsqu'on veut lire (ex. un roman, un livre pour enfants), on préférera le plus souvent lire le texte dans un livre imprimé. (Cf. le bus ou le métro, où les gens bavardent, dorment, lancent ou reçoivent des appels téléphoniques, écoutent de la musique sur iPod, jouent des jeux électroniques, lisent des romans ou des manuels imprimés sur papier, font tout sauf lire des romans sur écran.)

Technologie légère vs. technologie lourde

L'écran serait plus écologiquement convivial que le papier : il fait abattre moins d'arbres et permet la lecture d'un nombre quasiment illimité de textes, alors que l'imprimerie a besoin d'un nouveau stock de papier pour chaque publication. En principe, l'empreinte carbone de l'écran est moindre que celle du papier.

Les textes et les exercices en ligne ne pèsent rien alors que le cartable de l'élève se remplit vite de manuels et de cahiers. Cf. Les documents en ligne qui parlent des douleurs de dos dont peuvent souffrir les enfants et adolescents qui transportent des cartables ou sacs à dos entre l'école et la maison : ex. "Le cartable a bon dos" ou "Le poids des sacs d’école sur la santé de votre enfant" ou encore "Les sacs? J’en ai plein le dos!".