FRE 335H5 Teaching and Learning French with New Technology

Test 2 – Corrigé

27 novembre 2009

Remarques

Mauvaise tendance à utiliser l'approche "tromblon" (on régurgite tout ce qu'on sait en espérant qu'il y aura là-dedans quelque chose de pertinent). Lisez soigneusement et analysez les questions. Apprenez la pertinence et la concision.

• Q1. Le mot stratégie a été un piège pour beaucoup d'entre vous : vous avez pensé "stratégie d'apprentissage", vous avez énuméré les stratégies d'apprentissage et vous avez ainsi répondu de façon abstraite à côté de la question. (Moyenne de 32 réponses = 17,13)
• Q2. Il fallait bien lire la question : A comparé à B et C, et non A / B / C. (32 = 17,91)
• Q3. Question en principe relativement facile à traiter. (15 = 17,00)
• Q4. Syntaxe de la question : surcharge cognitive = matière principale ; influence de l'interlangue = facteur secondaire. (27 = 17,56)
• Q5. La question la plus facile puisque ne contenant aucun terme invitant le verbiage. (24 = 20,41)

Si vous voulez être enseignant(e), utilisez dans vos discussions didactiques un discours approprié à l'objectivité de la profession. => Ne dites surtout pas "tu" ; dites "on" ou "l'apprenant".

 
1. (25%) Vous lisez dans le journal Cyberpresse :

    "Les partis d'opposition reformulent la loi sur la pollution. Les trois partis d'opposition à Ottawa ont uni leurs forces pour reformuler la Loi sur la lutte contre la pollution atmosphérique mise de l'avant par le gouvernement fédéral, et la nouvelle version n'a pratiquement plus rien en commun avec la mouture originale."

Quelles sont les différentes stratégies que vous pouvez utiliser pour comprendre le sens du mot mouture ?

    [Réponse]
    Compréhension par le contexte. La dernière proposition de la deuxième phrase oppose "la mouture originale" à "la nouvelle version". Il est clair que le texte de cette loi a subi des changements et qu'il existe dans au moins deux états, l'original et le nouveau. Le mot mouture serait alors un synonyme, ou variante stylistique, de version.
    Consultation du dictionnaire (papier ou en ligne). On cherche le sens du mot mouture.
    Examen des contextes du mot dans les résultats livrés par un moteur de recherche.
    Consultation de locuteurs natifs. On demande le sens du mot mouture à une amie francophone, à un voisin de table dans un café à Paris/Montréal, etc.
    Nota :
    – 1) La compréhension par le contexte vaut dans toutes les situations (Mississauga/Paris, seul(e) ou en compagnie) et est la seule stratégie immédiate possible quand on est seul et sans outils linguistiques.
    – 2) Ne confondez pas stratégies d'apprentissage (de la langue) et stratégies de découverte (du sens/prononciation/orthographe... d'un mot).
    (Cf. le forum sur les stratégies de découverte.)

2. (25%) Dans le contexte de l'apprentissage d'une langue seconde, discutez les avantages et les désavantages du travail collaboratif à deux par opposition au travail indépendant et au travail de classe.

    Cette question, plus que les autres, nécessite qu'on l'analyse avant d'y répondre. Elle porte essentiellement sur le travail à deux et non pas de façon égale sur les trois situations d'apprentissage (travail seul, à deux, en classe) – différence importante.

    • La collaboration à deux est pertinente dans le cas de la compréhension d'un texte oral ou écrit, y apportant l'élément de discussion, qui augmente la compréhension de chacun des deux partenaires, lesquels construisent le sens ensemble. Du point de vue de l'aspect d'expression orale, la discussion fournit une activité plus authentique que les simulations de situations (réservation d'une chambre d'hôtel, etc.) des groupes de conversation, puisqu'elle a un but pratique : la compréhension d'un texte. En revanche, cette expression orale a le désavantage du manque d'un modèle sûr, chacun renforçant les fautes de l'autre (prononciation, grammaire, syntaxe, vocabulaire, etc.). Dans le travail indépendant, la discussion et la co-construction sont impossibles ; en classe, la discussion risque d'être plus diffuse.
    (Cf. l'article d'Eisenbeis, semaine 8.)

3. (25%) [Feuille "Cartable"] Sur une feuille à part, vous trouverez un texte intitulé "Le cartable a bon dos" suivi d'une présentation "KWIC" des contextes des mots se terminant en -ment. Expliquez ce que ces contextes révèlent sur les mots en -ment et l'utilité de ce genre d'investigation pour l'enseignement/apprentissage du français.

    Plusieurs catégories grammaticales : adverbes (certainement, particulièrement, également), noms (argument, moment), formes verbales (dorment).
    Les noms ayant le suffixe -ment sont masculins : le nom argument est dérivé par ajout du suffixe -ment du verbe arguer (le mot moment n'est pas un dérivé). On en trouve d'autres exemples dans d'autres textes, comme celui sur "Le poids des sacs d'école sur la santé de votre enfant" (cf. notes de la semaine 12) : développement (< développer), enrichissement (< enrichir), établissement (< établir).
    La prononciation des adverbes et noms est différente de celle des formes verbales. Les adverbes et noms en -ment ont pour ce suffixe ou terminaison la prononciation [m] ; dans les formes verbales la terminaison -ment se prononce [m].
    • L'apprentissage de la grammaire et du vocabulaire en contexte montre plus clairement que des règles ou des listes (a) qu'une même terminaison peut correspondre à une pluralité de catégories grammaticales, à un genre fixe pour les noms dérivés et à des différences de prononciation et (b) la place qu'un adverbe, verbe ou nom peut avoir dans la phrase.
    (Cf. l'article d'Elkabas & Wooldridge, semaine 9.)

    (On peut ajouter que les verbes, comme la forme verbale dorment, et les noms, comme argument, sont variables (dormons, dormez, dorment ; argument, arguments), alors que les adverbes, comme certainement, sont invariables.)

4. (25%) Quand l'apprenant d'une langue seconde rédige un texte dans cette langue seconde, il fait souvent des fautes à cause d'une surcharge cognitive. En tenant compte de l'influence de l'interlangue, expliquez les principaux éléments de cette surcharge cognitive.

    Organisation d'idées (A + B + C => Conclusion ; A + B vs. C => Conclusion ; etc.)
    Expression d'idées : quels mots utiliser pour exprimer sa pensée (vocabulaire).
    • Cumul de questions de langue : orthographe, grammaire et syntaxe.
    Différences et ressemblances avec la langue première ou dominante. L'influence de l'interlangue se manifeste particulièrement dans la substitution de la langue première/dominante à la langue seconde (orthographe, grammaire, syntaxe, vocabulaire).
    • La surcharge cognitive sera plus ou moins imporante selon le degré de stress ou d'intensité de la production.
    Nota. La question porte principalement sur la surcharge cognitive, l'influence de l'interlangue n'étant qu'un des facteurs qui sont à prendre en compte.
    (Cf. les articles de Cordier-Gauthier & Dion et de Berten, semaine 10, plus Poussard, semaine 8.)

5. (25%) Vous essayez de faire un inventaire aussi exhaustif que possible des versions électroniques du roman Candide de Voltaire se trouvant dans le World Wide Web. Quels types de recherches faites-vous, quels types de sites consultez-vous pour dresser votre liste ?

    • Recherche par mots-clés dans un moteur de recherche : +candide +voltaire (par exemple).
    • Consultation de sites portails, comme Portail Littérature de Wikipédia ou Tennessee Bob's Famous French Links.
    • Consultation de sites textes, comme ATHENA, Gallica, Project Gutenberg.
    • Consultation de la liste de textes des bases de données textuelles, comme ARTFL, etc.
    (Cf. les notes de la semaine 11.)