FRE 345H5
Teaching and Learning French Since the 1970s

2009-10

Notes de la semaine 5

Katherine RehnerFRE 345 (RW)


Katherine Rehner, "The learning of sociolinguistic variation by French immersion students at the high school and university levels"


La compétence sociolinguistique : tu / vous

Cf. Lyster, Roy & Jacques Rebuffot, "Acquisition des pronoms d'allocution en classe de français immersif", Aile, 17 (2002), 51-71.

• Les auteurs parlent du sur-emploi de tu en immersion précoce (p. 53-4). Parmi les types d'emploi anormal qu'ils citent, mentionnons :

Élèves défavorisés, conséquences sociales et psychologiques de l'immersion (JR, ch. 5)

1) Élèves défavorisés : a) ceux ayant un niveau intellectuel au-dessous de la moyenne ; b) ceux souffrant de troubles de langage ou de troubles d'apprentissage ; c) ceux issus de milieux socio-économiques défavorisés ; d) ceux venant de milieux ethniques minoritaires ; e) la question de l'âge.

2) Conséquences sociales et psychologiques de l'immersion

Trois aspects : attitude des élèves envers l'immersion ; perceptions entre les groupes linguistiques ; emploi de la langue seconde in situ.

L'immersion : problèmes, résistances, révisions (JR, ch. 6)

Question posée par certains observateurs : quelle est la rentabilité pédagogique de l'immersion? Autre question : comment peut-on améliorer les programmes d'immersion?

Une variété de manifestations d'opposition à l'immersion exprimant diverses attitudes socio-politiques envers le bilinguisme : la crainte de voir perdre aux enfants leur identité de Canadiens anglophones et leur culture essentiellement anglophone ; la perception que l'immersion française attire les élèves les plus doués, alors que les programmes traditionnels donnés en anglais, et comprenant l'enseignement du français de base ou français-cadre, doivent se contenter d'accepter les moins doués ; une autre perception que les programmes d'immersion servent à maintenir la domination socio-économique des Canadiens anglophones. [RW: on note les contradictions.]

JR (p. 171) évoque la théorie de la reproduction (on reproduit les mêmes classes sociales) et la théorie du changement (on cherche à changer l'état de choses). [RW: théories venant de la sociologie]. C'est la théorie de la reproduction qui expliquerait la perception de l'immersion comme moyen de maintenir la domination du Canada anglophone. "La théorie du changement permettrait d'analyser les facteurs qui tendent à maintenir les inégalités sociales en immersion mais d'y remédier." (JR p. 172 citant Burns). Recommandations de Burns concernant les programmes d'immersion : accès universel ; satisfaction de besoins divers et de types d'apprentissage différents ; planification permettant de réduire les tensions entre enseignants de programmes traditionnels et enseignants d'immersion ; développement de matériels d'enseignement et de programmes de soutien plus adéquats ; mise en place de programmes de formation et de perfectionnement pour les enseignants.

Pour ce qui est du français en dehors du Québec (et en dehors de la partie francophone du Nouveau Brunswick), en même temps que la reconnaissance du français progresse, la population francophone s'anglicise au contact de la langue de la grande majorité des gens qui l'entourent (cf. commentaire de Mosimann-Barbier cité par JR, p. 180).

Révisions jugées nécessaires :

Bilan et prospective de l'immersion française (JR, ch. 7)

Techniques d'enseignement (cf. descriptif du cours) : cela ne relève pas à proprement parler d'un programme menant au B.A. mais plutôt d'un programme de B.Ed. Ne sont mentionnées ici que quelques pistes pour ceux et celles qui veulent approfondir davantage le sujet (hors test).