FRE 375 Comparative Stylistics
2e trimestre 2008-2009

Notes de la semaine 3

Le lexique

La première figure donne une représentation (simpliste) du lexique à un moment dans le temps. La deuxième figure donne une représentation de la notion de l'axe diachronique, qui est celui de l'évolution de la langue. À tout moment, il existe un état de langue, ce que représente l'axe synchronique. La première figure constitue donc une coupe synchronique faite à un moment de l'évolution de la langue ; c'est une sorte de photographie instantanée.

Le vocabulaire

Le lexique relève de la langue (la phonologie, la morphologie, la syntaxe, le lexique d'une langue). Au niveau de l'individu (ce que les linguistes appellent "le sujet parlant"), on parle du vocabulaire. Chaque personne a deux types de vocabulaires : le vocabulaire qu'elle utilise pour s'exprimer oralement ou par écrit et qui est vocabulaire actif ("VA" dans la figure), et le vocabulaire qu'elle comprend (compréhension auditive et compréhension de l'écrit) et qui est son vocabulaire passif ("VP"). Le vocabulaire passif est toujours plus étendu que le vocabulaire actif (il y a des mots que l'on comprend mais qu'on n'utilise pas en s'exprimant).

On parle aussi du vocabulaire d'un texte. En français le mot le plus fréquent de tout texte est de (mot grammatical). La chaîne de télévision CNN a annoncé dans la soirée du 20 janvier 2009 que parmi les mots les plus frappants et les plus fréquents du discours inaugural du Président Barack Obama était le mot nation, qu'il aurait prononcé dix fois. On peut parler alors des mots thématiques d'un texte.

Le figement et les expressions figées

Au départ de son existence, un groupe de mots est toujours un groupement libre ; par exemple, quand on a prononcé pour la première fois le syntagme "pomme de terre", il s'agissait d'une pure description : on voyait, dans cet objet nouveau, un fruit que l'on était habitué à voir sur un arbre mais qui poussait en terre. Avec la fréquence d'usage, et donc l'habitude, la suite "pomme de terre" a perdu la transparence de cette image pour devenir l'unité lexicale opaque pomme de terre que nous connaissons aujourd'hui. La perte d'autonomie des éléments pomme et terre se voit dans des expressions comme pommes frites (que l'on peut encore abréger en frites) ou pommes vapeur. Les expressions figées contiennent souvent un élément verbal, comme dans C'est la vie ; leur sens est toujours plus ou autre que celui de la somme de leurs parties. On les appelle aussi "expressions idiomatiques".

Une expression idiomatique contient des échos qui la distinguent d'une suite de mots ayant seulement le sens de celui de la somme de ses parties. Ces échos, l'"épaisseur" de l'expression (échos historiques, culturels, littéraires), peuvent durer plus ou moins longtemps. L'expression "I have a dream" rappelle inévitablement pour un Américain le célèbre discours de Martin Luther King Jr. prononcé en 1963 ; elle a une épaisseur que le banal "I had a dream" n'a pas. En ce moment, l'expression "Yes we can" a une force similaire, mais on ne peut pas savoir si elle gardera cette épaisseur ou bien si elle redeviendra une suite banale.

Ces échos permettent aussi de jouer avec l'expression, pour en créer des effets nouveaux ; c'est le domaine de l'humour verbal. Un exemple : trois films de Billy Wilder et Jack Lemmon. Dans Irma La Douce, dont l'histoire est située à Paris et dont les personnages sont censés être français, Lou Jacobi, qui joue le rôle de Moustache, dit "C'est la vie". Un équivalent idiomatique anglais de C'est la vie est That's the way the cookie crumbles, mais dans The Apartment Jack Lemmon dit "That's the way it crumbles, cookie-wise" ; dans Some Like It Hot, Tony Curtis dit "That's the way the oil gushes".

Exercice sur les expressions figées

Traduisez les phrases suivantes.
1. Quand j'étais dans ce quartier dimanche matin, il n'y avait pas un chat. = When I was in the neighbourhood Sunday morning, there wasn't a soul.
2. Écoute : il faut appeler un chat un chat. = Listen (up): let's call a spade a spade.
3. Cette affaire est classée, et ça vaut mieux ; n'éveillez pas le chat qui dort! = That matter is closed and so much the better; let sleeping dogs lie!
4. Je n'ai pas le temps de m'occuper de tes petits problèmes : j'ai d'autres chats à fouetter. = I don't have time to worry about your little problems; I've got other fish to fry.
5. Je ne trouverai jamais la réponse : je donne ma langue au chat. = I'll never find the answer: I give up.
6. On a beaucoup parlé du cambriolage, mais la vérité, c'est qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat. = There was a lot of talk about the burglary, but the truth is it's nothing to make a fuss about.
7. Elle a du mal à parler parce qu'elle a un chat dans la gorge. = She finds it hard to speak because she has a frog in her throat.
8. Ce n'est pas un ménage heureux ; ils s'entendent comme chien et chat. = They're not a happy couple; they fight like cat and dog.
9. Un maximum de dix degrés au mois de juin ! Quel temps de chien.= A maximim of ten degrees in June! What lousy weather!
10. Je fais comme si rien n'était, mais je lui garde un chien de ma chienne. = I act as if nothing was/were wrong, but I'll get even with her/him.
11. On dirait que cet enfant n'a pas mangé depuis des jours ; il a une faim de loup.= You'd think that child/kid hadn't eaten anything for days; he wolfs everything down.
12. Pour ne pas être entendu de sa proie, le chasseur avançait à pas de loup.= The hunter advanced on tip-toe so as not to be heard by his prey.
13. À Edmonton, au mois de janvier, il fait toujours un froid de loup/canard. = It's always bitterly/freezing cold in Edmonton in January.
14. « Il faudrait demander l'avis de Thierry avant d'accepter... – Quand on parle du loup... » = "You'd better ask Thierry's advice before you accept." "Speak of the devil..."
15. La pauvre petite a été très malade : avant-hier, elle avait une fièvre de cheval. = The poor little girl has been / was very ill; the day before yesterday she had a raging fever.
16. Non, merci ! Ce que tu me proposes, c'est un remède de cheval ! = No, thanks. What you are proposing would kill a horse.
17. Tu peux t'en servir, tu sais : ce n'est pas fait pour les chiens ! = You can use it, you know; that's what it's there for.
18. Le père et la fille ne s'adressent plus la parole : à table, ils se regardent en chiens de faïence. = Father and daughter are not on speaking terms; at meal-times they just stare at each other.
19. On essayait de s'entendre sur les modalités du contrat, quand mon frère est arrivé comme un chien dans un jeu de quilles. = They/We were trying to agree on the terms of the contract when my brother burst in like a bull in a china shop.
20. Mais non, Mademoiselle, ce n'est pas une dissertation : c'est de la bouillie pour les chats ! = No, Susan, it's not an essay: it's a dog's dinner.
21. Une lettre de Paulette ! Nous n'arriverons jamais à déchiffrer ces pattes de mouche. = A letter from Paulette! We'll never be able to decipher her scrawl.
22. Les films d'épouvante me donnent la chair de poule. = Horror films give me goose bumps/pimples/flesh.
23. À la campagne, on se lève au chant du coq et on se couche avec les poules. = In the country we/they get up with the lark and go to bed early.
24. Tu veux savoir quand je te prêterai mon nouvel appareil photo ? Quand les poules auront des dents. = You want to know when I'll lend you my camera? When pigs can fly.
25. Depuis son mariage, mon oncle vit comme un coq en pâte. = Since his marriage my uncle lives in clover.
26. On n'a rien compris au discours du candidat : il passait constamment du coq à l'âne. = We couldn't understand a word the candidate said; he was constantly jumping from one subject to another.
27. Je suis d'autant plus heureux du succès de son roman qu'elle a mangé de la vache enragée pendant qu'elle l'écrivait. = I'm all the happier at the success of her novel in that she went through agonies writing it.
28. Mon chien a l'air féroce, mais il est doux comme un agneau. = My dog's bark is worse than his bite.
29. Couvre-toi bien avant de sortir, parce qu'il fait un froid de canard. = Wrap up well before you go out; it's freezing cold.
30. Cette enfant chante à longueur de la journée : elle est gaie comme un pinson. = That child sings all day long; she's as happy as a lark.
31. Puisque ta belle-soeur a un appétit d'oiseau, il n'est pas étonnant qu'elle soit aussi mince. = Since your sister-in-law eats like a bird it's not surprising she's so slim/thin.

51. "Odile's fiancé wants to break off their engagement..." "There are plenty of fish in the sea." = « Le fiancé d'Odile veut rompre leurs fiançailles... – Tu sais ce qu'on dit: un de perdu dix de retrouvés. »
52. I've had it up to here with that guy! He thinks he's the cat's meow! = J'en ai jusque là de ce type! Il se prend pour un dieu / ... pour le nombril du monde.
53. This is a fine kettle of fish: you've just invited four people to dinner, and the fridge is empty and the supermarket closed an hour ago! = Nous voilà dans de beaux draps : tu viens d'inviter quatre personnes à dîner, le frigo est vide et le supermarché a fermé il y a une heure.
54. "Jean-Yves is sure his novel will sell like hot cakes!" "Pigs might fly!" = « Jean-Yves est sûr que son roman va se vendre comme des petits pains! – Ce n'est pas demain la veille! »
55. "Where are you going?" "For a walk." "But it's raining cats and dogs!" = « Où vas-tu ? – Me promener. – Mais il pleut des cordes / à seaux. »
56. The cat's out of the bag: Daddy's going to resign. = Ce n'est plus un secret : Papa va donner sa démission.
57. "How did you know Yvette was expecting a baby?" "A little bird told me." = « Comment savais-tu qu'Yvette attend un enfant ? – Mon petit doigt me l'a dit. »
58. "I see you were the first person to apply for this job." "Of course! It's the early bird that catches the worm." = « Je vois que tu étais le premier à poser ta candidature pour le poste. – Bien sûr ! L'avenir appartient à qui se lève matin. »
59. Every time she has to sing in public, she gets butterflies in her stomach. = Chaque fois qu'elle doit chanter en public, elle a le trac.
60. Have you met my cousin Freddy? He's the black sheep of the family. = Connais-tu mon cousin Freddy ? C'est la brebis galeuse de la famille.
61. Don't mention the Conservative Party to my father: the mere name is like a red rag to a bull. = Ne parle pas du parti conservateur devant mon père : la simple mention du mot lui fait monter la moutarde au nez.
62. Above all, don't let him drive: he's as blind as a bat without his glasses. = Surtout, ne le laisse pas conduire : sans ses lunettes, il est aveugle comme une taupe.
63. In summer she rises with the lark every day; but in winter she likes to have a long lie-in on Sundays. = En été, elle se lève tous les jours au chant du coq ; mais en hiver elle aime faire la grasse matinée le dimanche.
64. We're making a profit; unfortunately my eldest brother always manages to take the lion's share. = Nous faisons des bénéfices ; malheureusement mon frère aîné s'arrange toujours pour se tailler la part du lion.
65. Let's kill two birds with one stone: come when the documents are ready to sign and I'll dictate the letter to you. = Faisons d'une pierre deux coups : venez quand les documents seront prêts pour être signés et je vous dicterai la lettre.
66. "That sweater really isn't the colour I wanted..." "You mustn't look a gift horse in the mouth!" = « La couleur de ce chandail n'est vraiment pas ce que je voulais... – À cheval donné on ne regarde pas la bride. »
67. "That's too good to be true!" "But it is true. I got it straight from the horse's mouth." = « C'est trop beau pour être vrai  – Mais si/oui, c'est vrai. J'ai l'information de source sûre / de première main. »
68. We hear he'll be earning two hundred thousand dollars a year, which should keep the wolf from the door. = On dit qu'il va gagner deux cent mille dollars pas année, ce qui devrait le mettre au moins à l'abri du besoin.
69. Marie and her brother fought like cat and dog when they were little. = Marie et son frère s'entendait comme chien et chat quand ils étaient petits.
70. "Is it far from London to Paris as the crow flies?" "No, not very." = « Est-ce loin de Londres à Paris à vol d'oiseau ? – Non, pas vraiment. »
71. My boss is like a bear with a sore paw this morning. I wonder what's the matter. = Mon patron est d'une humeur massacrante ce matin. Je me demande ce qui ne va pas.
72. "What happened when he told them his story?" "It really set the cat among the pigeons." = « Que s'est-il passé quand il leur a raconté son histoire ? – Ça a été le pavé dans la mare. »
73. What's the use of complaining? It's time to take the bull by the horns. = À quoi ça sert de se plaindre ? Il serait temps de prendre/saisir le taureau par les cornes.

91. Traînons-nous dans notre façon d'être les traces biologiques de nos parents ? Si oui, sont-elles prépondérantes ? Tel père tel fils, clame le dicton populaire. Les chiens ne font pas de chats, reprend un autre. = Does our behaviour carry the biological traces of our parents? If so, are they dominant? "Like father like son", goes the popular saying. "The apple never falls far from the tree", says another.