LA VIE APRÈS LA MORT

Beaucoup de personnes pensent que les anciens Égyptiens étaient obsédes par la mort. Ils pensent aux tombes, comme aux pyramides et aux Mastabas et aussi à la momification. Mais les Égyptiens ne célébrent pas la mort, mais ils croyaient à la vie éternelle.

Les anciens Égyptiens pensaient que chaque individu se compose de cinq éléments: l’ombre, l’akh, le ka, le ba est le nom. L’ombre était le double immatériel de chacune des formes qu’il est amené à prendre au cours de sa vie et l’akh et l’élément lumineux qui permet au défunt d’accéder aux étoiles lors de son passage dans l’au-delà. (Grimal, 1988) Le nom de chaque personne était important parce que les Égyptiens croyaient qu’il répresentait la personnalité de l’individu. L’immortalité était compose de deux éléments importants: le ka et le ba. Le ka était la force vitale dans chaque individu. C’était leur esprit. C’est lui qui permet au corps de reprendre une vie semblable à celle qu’il menait ici-bas. Après la mort, le ka dépend de la nourriture pour survivre, qui est un important lien avec le corps. (David, 1998:140)

Le ba est également un principle immatérial porteur de la puissance de son propriétaire, il est le double de l’individu, indépendant du corps. Le ba (qui est représenté sous forme d’un oiseau à tête humaine) quitte le corps au moment du mort et revient après la momification. (Grimal, 1998:134) Le corps a besoin de nourriture et de boissons pour préserver le ka et le ba dans l’au-delà. La momification était pour préserver le corps, donc la personne pouvait aller à la vie éternelle. (David, 1998:140)