Le Grand dictionaire françois-latin: notes du chapitre 2, section 2.1

1. Les déclarations éditoriales citées dans la première partie sont répétées ici toutes en italique, sous les rubriques appropriées, sans référence textuelle.

2. L'examen de la correction et de la révision apportées aux différentes éditions de Stoer est fait à 2.1.5.5.

3. L'étude des éditions de Stoer a été faite à partir de Stoer 1606 : une croix renversée relevée dans Stoer 1606 aura été contrôlée dans les éditions précédentes ; une autre marque relevée dans Stoer 1606 qui, dans une édition précédente, avait été une croix renversée est notée sous son identité première ; une croix renversée de Stoer 1599 ou de Stoer 1603 qui a disparu en 1606 n'aura pas été inventoriée. Les autres marques et les ajouts ont été étudiés de la même façon.

4. S 1603 corrige viel en vieil et soit en mot.

5. Voir aussi epicaizer, halebreda ; Stoer change en croix (=  mot ajouté ) la croix renversée du second.

6. S 1603 et S 1606 changent plusieurs astérisques en croix renversées.

7. Voir 2.1.5.2.

8. Sur la question des latinismes, on peut se reporter, par ex., à Brunot, 1906 : 215 ss.

9. Voir 2.1.5.2.

10. Cf. les  EXPLICATIONS MORALES D'AVCVNS PROVERBES COMMVNS EN LA LANGVE FRANCOYSE  données en appendice du Thresor de Nicot ; les deux recueils sont complètement différents.

11. Voir 2.1.5.2.

12. Cf. 2.1.3.3.

13. Voir 2.1.2.4.

14. Seul le texte du dictionnaire est comptabilisé (à l'exclusion donc des pièces annexes).

15. Les chiffres concernant Nicot-Dupuys 1573 sont donnés à titre de comparaison. L'estimation du nombre de lignes de texte est faite sur une base de 771 pages de texte à raison de 144 lignes par page, moins les lignes occupées par les intertitres. Le calcul du nombre de mots de texte français est basé sur Wooldridge, 1977 : 284 ; comme l'estimation que nous y avions faite du nombre de mots français dans le Thresor de 1606 s'est avérée trop élevée (voir Wooldridge, 1985, t. 1 : 20), nous préférons ici adopter pour ND 1573 l'estimation inférieure (518112 – 31299 = 486813).

16. Les ajouts ne comportant qu'une équivalence latine ou ne concernant qu'un nom de lieu (cf. 2.1.5.2.1) n'ont pas été comptés dans le nombre de lignes, les mots de texte, les alinéas nouveaux et les alineas augmentés.

17. Lexicon juridicum, hoc est, juris civilis et canonici in schola atque foro usitatarum [...] ex antiquis et recentioribus jurisconsultis, s.l., Excudebat Jacobus Stoer, 1594, 8°. Signalé par Chaix (1966 : 141-2), qui ajoute :  La préface semble indiquer que Stoer fut lui-même l'auteur de cette compilation, aidé des conseils de Franç. Hotman et Barth. [sic, = Barnabé] Brisson. 

18. Cf. 2.1.5.3.1, Ragueau source de S 1606.

19. Cf. 2.1.5.4.2.

20. Cf. bavette défini selon ses dimensions :  linge blanc que les meres, ou nourrices attachent à leur petis enfans sur leurs accoustrements, & qui est d'environ vn pied de long, & demi de large, depuis le menton iusques au nombril .

21. Cf. 2.1.2.5.

22. Voir également, entre autres, s.v. Desbourber, Descendre, Desfaire, Despeindre, Esbaucher, Tres.

23. Dans S 1606, la situation est la même à d'autres endroits du texte que dans les transcriptions phonétiques : s.v. Conjoindre, la quatrième lettre du mot-adresse (conjoindre, conjonction, conjoinctement) est systématiquement imprimée j ; s.v. Conjouir et Conjugal, seule la première occurrence de chaque forme (conjouir, conjouissement ; conjugal) donne j ; s.v. Conjurer, on trouve :  Conjurer & adiurer [...] // Conjurer, Iurer ensemble [...] // [...] coniuré [...] // [...] coniuré [...] // Coniurer [...] // Coniureur [...] // Conjuration [...] // [...] conjuration [...] // [...] conjurations [...] . La nouveauté de la chose se reflète dans le fait que Stoer n'avait manifestement pas de j italique dans sa casse.

24. Cf. aussi les rubriques  Voyelle allongée  et  Lettre muette  ci-dessous. L'instabilité de la prononciation de s s'illustre également dans les modifications apportées par S 1606 aux transcriptions phonétiques données dans l'édition précédente. S 1603, préoccupé dans les trois items suivants par la valeur de la deuxième voyelle, laisse subsister dans le premier l's de la première syllabe :  [Espessir] pr. Espaissir // [Espez] Pr. Epais // [Espesseur] Pr. Epaisseur  ; S 1606 corrige  Espaissir  en  Epaissir . De même, S 1606 change  [Rafraichir] Autres pron. Refraischir  (S 1603) en  [...] Refraichir . En revanche, la même édition, s.v. Cognoistre, ajoute simplement la forme sans s à la forme avec s :  pron. Conoistre  (S 1603) ->  Pr. Conoistre, Conoitre . Et au contraire, s.v. Esgual (classé à Egu...), S 1606 remplace  pron. Egal  (S 1603) par  pron. Esgal .

25. Cf. aussi S 1603 s.v. Appaiser (cité ci-dessus) et Attaincte. À l'occasion S 1606 réduit à une consonne simple la consonne double de la forme de prononciation proposée par S 1603 :  pr. Amonnester  ->  pr. Amonester  (s.v. Admonnester),  pron. Addresser  ->  pron. Adresser  (s.v. Addresser),  Prononcez Affecter  ->  Prononcez Afecter  (s.v. Affecter),  Pro. Affection  ->  Pron. Afection  (s.v. Affection).

26. Contrepartie des variantes de prononciation, il y a les cas où à des variantes graphiques correspond une même prononciation : prononciation a)  lecher  s.v. Lecher, Leicher S 1599 ; s.v. Licher, S 1603 change  Leicher. On le prononce ainsi, non pas Licher  en  Lecher. On le prononce ainsi, non pas Licher  ; b)  choir  s.v. Cheoir, Cheute ( voyez Cheoir. pron. Chute, Choir ), Choir S 1606 ; c)  seringue  s.v. Seringue, Siringue, Syringue S 1606.

27. dB 1614 corrige Chefetair  en  Chefetain  ; toutes les autres éditions du GDFL gardent la forme Chefetair .

28. L'article PERSONNIER constitue une synthèse de ce qui est dit sur ce mot chez Ragueau (voir 2.1.5.3.1). La numérotation est le fait de Stoer.

29. Voir aussi  [Faire frayeur] Effrayer  S 1606 s.v. Frayeur ;  [Tailler quelque chose à la damasquine] ou plustost Damasquiner vne piece d'ouurage  S 1599 s.v. Damasquin ;  [Charger] Entrer au combat en la meslee, en vn escadron d'ennemis, pour combatre. Suyuant cela, on dit, aller courageusement, resoluement, brusquement, à taiste baissee, à la charge : faire vne charge bien à propos : Soustenir la charge vaillamment  S 1603 ;  [Petite forest] Bocage  S 1599 s.v. Forest ;  [Petite partie] parcelle  S 1599 s.v. Partie ;  l'Archeuesque de Rouan a droit de faire tenir les hauts iours, qui anciennement s'appelloyent L'Eschiquier  S 1606 s.v. Jour ;  Les communs en biens & heritages s'appellent Compersonniers  S 1606 s.v. Personnier.

30. Voir 2.1.2.1.

31. Voir 2.1.2.1, 2.1.2.2 et 2.1.5.2.5.

32. Voir aussi :  Poires d'angoisse [...]  S 1603 s.v. Angoisse ;  Le declin de la vie [...] vie au declin [...]  S 1606 s.v. Declin ;  En bel arroy, c'est à dire, en bel ordre [...]  S 1603 s.v. Arroy ;  D'ores en auant [...]  S 1599 s.v. Ores ;  On vse de ce mot maigre & maigrement en diuers sens : Maigre mine, Maigre chere, Maigre propos, Maigre repas : c'est à dire visage triste & mal affectionné : propos sentant peu d'amitié, repas où il y a peu de viande  S 1599 s.v. Maigrement ;  Capitaine d'hommes d'armes, de lances, de cheuaux legers, d'argoulets, d'harquebuziers à cheual, de gens de pied  S 1599 s.v. Capitaine.

33. Sur le latin, langue cible, voir 2.1.5.4.4.

34. S 1603 qualifie aussi de  mot poetique  derester, desvier, et enamerer.

35. S 1603 corrige  Belle se semble  en  Belle ce semble .

36. Voir aussi S 1599 s.v. Apostat, Espovanter, Jacobins, Mein, Senglout, Urbanité, Venredi, Vermet ; S 1603 s.v. Bransler, Sentinelles ; S 1606 s.v. Croupy, Pape, Paragon.

37. Dans cette section, le texte entre guillemets, signifié ou localisation cités, est imprimé en romain, quel que soit le caractère textuel. Cf. 2.1.5.3.1, les Coutumes source, à travers Ragueau, de S 1606.

38. S 1606 change  potius  en  pejus .

39. S 1603 met  prosrité  que S 1606 corrige en  prosperité .

40. Voir aussi S 1593 s.v. Galbe ; S 1599 s.v. Apostat, Butineur, Cachenez, Circoncis, Heaume, Hom, Maire, Naquaires, Rieu, Tarder, Toict ; S 1603 s.v. Chevalerie, Soulde, Trahi ; S 1606 s.v. Bastillon, Chambrier, Espice, Paisan, Queux, Salade.

41. Voir aussi S 1599 s.v. Bernage, Samy, Seneschaux, Varlet ; S 1603 s.v. Bouge ; S 1606 s.v. Arramir, Chancellier, Courvée, Purger, Quarantaine.

42. Voir aussi S 1599 s.v. Haiter, Soldat ; S 1606 s.v. Advocat, Espice, Jour, Prevost.

43. Voir aussi S 1599 s.v. Bernage, Edifier, Examination ; S 1603 s.v. Fortune ; S 1606 s.v. Roule.

44. Voir aussi S 1599 s.v. Brasser ; S 1603 s.v. Assemblée.

45. Voir aussi S 1599 s.v. Avril, Guerdon, Messe, Methridat, Mommon, Palefroy, Sçavoir, Varlet ; S 1606 s.v. Quarantaine, Villebrequin.

46. La source – non nommée – de cette étymologie, comme de bon nombre des ajouts de S 1606, est François Ragueau (cf. 2.1.5.3.1).

47. Voir aussi les exemples encyclopédiques cités à 2.1.5.2.7.

48. D'après NU ; les deux premières éditions de l'Indice Ø BM et BN.

49. F. Ragueau, 1704.

50. Voir, par exemple, les articles ALEU, ARRAMIR, AUBAINS, AUBAINE, BAN, BOADE, BOIS, BONNIERE, BORDAGE, BOURGEOIS, BOURGEOISIE, BOURGMEISTRES, BOURSIERS, BRANDONNER, BRASSAGE, CAABLES, CALENGE, CENS, CESSION, CHAMBRE, CHAMBRIER, CHANCELLIERS, CHANTEAU, CHANTILLAGE, CHAUGUETTES, CHEPIER, CLEF, COLLETAGE, COMBAT, COMMANDE, COMMANDEMENT, COMMISE, COMMISSION, COMPARUIT, COMPULSOIRE, CONFISCATION, CONGEABLE, CONJURE, CONNESTABLE, COURVÉE, ESCUSSON, ESCUYER, ESPAVE, ESSOREILLÉ, JOUR, LAIE, LAIER, LIEUE, PARAGE, PIED, PLAID, PRATICIEN, PREVOST, PURGER, QUARANTAINE, QUEUX, REFERENDAIRE, ROYNE.

51. Dans S 1606, la plupart des mentions de sources génériques résultent d'un résumé du texte de Ragueau.

52. Les formes entre barres diagonales sont celles du texte, avec modernisation de i/j, u/v ; la fréquence par édition de première occurrence est donnée entre parenthèses ; les guillemets renferment des compléments d'informations textuelles (sans italique) ; les éléments biographiques qui suivent le signe de l'égalité sont généralement tirés de Larousse, 1865-76 ou du Dictionnaire des lettres françaises, 1951 ; les renseignements bibliographiques précédés d'un des sigles BN, BM ou NU viennent du catalogue de la Bibliothèque nationale (Paris), de celui du British Museum, et du National Union Catalog. Une quarantaine de sources sont communes à l'édition de Stoer et au Thresor de la langue françoyse de Nicot (voir Wooldridge, 1989). Les sources de seconde main que nous avons pu identifier comme venant de Ragueau sont mentionnées à part.

53. Cf. 2.1.5.2.9.

54. Voir aussi S 1599 s.v. Barbacane, Maire ; S 1603 s.v. Acere.

55. Et peut-être Aimar de Ranconnet : voir Wooldridge, 1977.

56. Cf. la filiation Dupuys-Stoer à 1.2.1.

57. Cf. 2.1.5.3.1.

58. Cf. 3.6.

59. Cf. 2.1.5.2.3.

60. Cf. 2.1.5.2.9. et 2.1.5.3.1.

61. Notons l'exemple suivant :  [Bonnaire] Vsez des mots composez, Debonnaire, Debonnaireté, Debonnairement  S 1599.

62. Cf. 2.1.5.2.4.

63. Voir 2.1.5.2.3.

64. Voir 2.1.5.3.1.

65. Voir 2.1.5.2.7.

66. Cf. aussi S 1599 sur alacer s.v. Alaigre, paries et murus s.v. Paroy, presbyter s.v. Presbtre ; S 1606 à propos de oratio s.v. Oraison.

67. S 1603 corrige  trompez  en  tronquez .

68. Cf. aussi S 1599 au sujet de alacer s.v. Alaigre, psora s.v. Scabieuse ; S 1606 sur alodia s.v. Aleu.

69. Voir aussi S 1599 sur foedifragus s.v. Alliance, cisalpinus s.v. Alpes, legatiuum s.v. Ambassadeur, asella s.v. Asnesse, les périodes de temps en -ennium s.v. Espace, stipendiarius s.v. Gage, octennium s.v. Huict, oeconomia s.v. Mesnage, les jours de la semaine s.v. Samedi, laeterculus s.v. Tuile ; S 1603 sur festi dies s.v. Feste ; S 1606 vineae s.v. Gabions, tuburcinatio et tuburcinari s.v. Gourmandise.

70. Voir d'autres exemples in S 1599 s.v. Basilique, Cal, Dague, Lie, Mer, Oisif, Pacifier.

71. Le texte complet est le suivant :  Goulard, c'est goulu, gourmant, comme si on disoit, cil à qui la gueule ard, dont vient goularder, dont vse le Calendrier, Les branches de gloutonnie sont cinq, querir viandes delicieuses, goularder, &c.  1573 ;  Gouillart, c'est goulu, gourmand, comme si on disoit, cil à qui la gueule ard, dont vient le verbe gouillarder, vsité entre les Sauoyards, qui signifie gourmander, & manger gouluement les friands morceaux, Liguritor, Ligurire  1599.

72. Voir aussi note ci-dessus sur goulard/gouillart.

73. Dans la plupart des cas, lorsqu'il supprime une mention de source (et éventuellement une citation) Stoer la remplace par autre chose ; par ex. : Berinus (x 3) -> équivalents latins (1599 s.v. Chalanger) ; Amadis -> acception (1603 s.v. Armes, Barrieres, Bransler) ; Amadis (x 2) -> a) usage général hypothétique ( Comme si nous disions maintenant par exemple ), b) locution (1603 s.v. Bataille).